Questions le plus souvent posées et Réponses (FAQs)

1) La Stevia est-elle sans risques pour les diabétiques ?

Oui, la Stevia et le stevioside utilisés comme édulcorant sont absolument sans risque  (Boeck-Haebisch, 1992). Les études chroniques de Chan et al. (2000) avec des volontaires humains ont démontré que les paramètres biochimiques du sang n’étaient pas modifiés par l’absorption de 250 mg de stevioside trois fois par jour pendant un an.


2) Est-ce que les groupements sucre du stevioside sont sans risque pour les diabétiques ?

Le stevioside, le composant principal de la Stevia, est environ 300 fois plus sucré que le sucre de table. En conséquence, seules de très faibles quantités sont employées pour l’usage comme édulcorant. Le stevioside n’est pas absorbé par les intestins et il n’est pas métabolisé par les enzymes du tractus gastro-intestinal car les liaisons sucre du stevioside sont des liaisons β-glucosidiques. Cependant, il est dégradé en steviol en en résidus sucres par les bactéries présentes dans le colon ; si l’on substitue  la totalité du sucre ajouté dans la nourriture (environ 131 g par personne en Belgique) il faut moins de 400 mg de stevioside par jour, cela signifie qu’il y aurait dans le colon seulement 240 mg de glucose relâché par le stevioside. On peut estimer qu’environ 1/3 de ce glucose est métabolisé par les bactéries elles-mêmes, que 1/3 est excrété et environ 1/3 absorbé soit + 80 mg qui est une quantité négligeable de glucose. Voir aussi la question sur le steviol.


3) Est-ce que le stevioside est carcinogène ?

NON, le stevioside n’est pas absorbé par les intestins et n’est pas métabolisé par les enzymes du tractus gastro-intestinal. Cependant il est dégradé en steviol et en résidus sucres par les bactéries du colon. Un léger effet mutagène du steviol (pur à seulement 90%) sur une souche sensible de Salmonella typhimurium TM 677 a été mis en évidence mais cela n’implique pas que le stevioside utilisé comme édulcorant  soit lui-même carcinogène ; même si le stevioside est transformé en steviol par les bactéries du colon ! L’activité du steviol sur Salmonella typhimurium TM677 est très faible et seulement d’environ 1/3000 de celle du 3,4-benzopyrène, et celle du steviol methyl ester 8,13 lactone de1/24500 de celle du furylfuramide (Terai et al. 2002). Bien que cette activité du steviol et de quelques uns de ces dérivés soit présente sur cette souche de Salmonella typhimurium TM 677, les auteurs concluent que l’utilisation quotidienne de stevioside comme édulcorant est sans risque. De plus la présence dans le sang de tels dérivés du steviol après absorption de stevioside dans la nourriture n’a jamais été montrée. De très fortes doses de steviol (pur à seulement 90%) données par intubation à des hamsters (4 g/kg pc), des rats et des souris (8 g/kg pc) ne provoquent pas la formation de micronoyaux dans les érythrocytes de moelle osseuse que ce soit chez les animaux males ou femelles. Ces doses montrent cependant quelques effets cytotoxiques chez les femelles, mais pas chez les males de toutes les espèces d’animaux traitées (Temcharoen et al., 2000) ; il n’est pas exclu que cet effet soit du aux 10% d’impuretés présentes.
L’absence de risque du stevioside consommé par voie orale en relation avec une activité carcinogène est démontrée par les travaux sur des rats de Yamada et al. (1985), Xili et al. (1992), Toyoda et al. (1997) et Hagiwara et al. (1984). Des effets significatifs sur l’inhibition de l’apparition de tumeurs après induction par le 12-O-tetradecanoylphorbol-13-acetate de cancers de la peau chez la souris (Yasukawa et al., 2002). Le stevioside montre des effets significatifs sur l’inhibition de l’apparition de cancers de la peau chez la souris après induction en deux étapes par le 7,12-dimethylbenz[a]anthracène (DMBA) et le 12-O-tetradecanoylphorbol-13-acetate (TPA). Le stevioside inhibe aussi  ce même cancer induit par le peroxynitrite (Konoshima and Takasaki, 2002). Les auteurs concluent que le stevioside pourrait être un édulcorant naturel utilisable comme chemo protecteur contre la carcinogenèse chimique.
En 1999 le JECFA  a établi clairement : « le stevioside consommé oralement a une très faible toxicité aiguë. L’administration par voie orale de stevioside à des rats, à une concentration de 2,5% pendant deux ans, égale à 970 à 1100 mg/kg pc par jour n’a aucun effet significatif que ce soit chez les males ou chez les femelles. Une réduction du poids corporel et du taux de survie sont observés pour des concentrations en stevioside de 5% dans le régime alimentaire. Il n’y a pas d’indication de potentiel carcinogène dans une étude à long terme..."(WHO, 1999).De plus, il n’a jamais été publié de rapport prouvant que l’utilisation de stevioside augmentait le nombre de cancers dans la population utilisatrice, et ce, même après de longues durées d’utilisation (eg. Paraguay: plus de 500 ans, Japan: plus de 30 ans, Corée du Sud: 16 ans, Brésil: 13 ans, Chine: 12 ans ou les USA: depuis 1995 autorisé comme complément diététique).

4) Quelle quantité de steviol est absorbée par le colon ?

Si tout le sucre ajouté (131 g/jour) est remplacé par le stevioside, ce qui est pratiquement impossible, alors il faut  400 mg stevioside par jour. La dégradation dans le colon fourni environ 160 mg de steviol. Environ 90 % du steviol formé est excrété dans les féces. De petites quantités de steviol sont absorbées par le colon et conjuguées pour être excrétées par les urines. Chez des hamsters nourris avec  250 mg steviol/kg poids corporel, une concentration de steviol libre d’environ 102 µg/ml de plasma est sans aucun effet délétère. Chez l’homme, le steviol libre n’a jamais pu être détecté dans le plasma sanguin après administration orale de 750 mg stevioside par personne et par jour (± 12 mg/kg pc). Le pic de concentration maximum de steviol conjugué était autour de  20 µg/ml, i.e. très en dessous des valeurs démontrées sans risque chez le hamster. Comme moins de 400 mg de stevioside seraient utilisées par jour, cette valeur serait bien en dessous de 10 µg/ml. Les dérivés conjugués du steviol sont excrétés par les urines.

5) Est-ce que la stevia est sure pour les patients atteints de phénylcétonurie (PKU)?

Oui, la Stevia et le stevioside sont absolument surs puisque la structure chimique du stevioside est un diterpène glycosilé qui est totalement différent de l’aspartame.

6) La Stevia et la pression artérielle

Dans des études chez l’homme, le stevioside (250 mg trois fois par jour) est administré pendant 1 an à 60 volontaires hypertendus (Chan et al., 2000). Après trois mois les pressions sanguines systolique et diastolique  sont significativement réduites et cet effet persiste pendant toute l’année. Les paramètres biochimiques du sang incluant les taux de lipides et de glucose ne montrent pas de changements significatifs. Aucun effet néfaste n’a été observé et l’évaluation de la qualité de vie n’a montré aucune détérioration. Les auteurs concluent que le stevioside est un composé efficace parfaitement toléré et qu’il peut être considéré comme une alternative ou un complément thérapeutique pour des patients souffrant d’hypertension. Bien que la pression artérielle soit réduite, aucun effet sur le potentiel masculin n’a été observé, une caractéristique qui améliore la qualité de vie ! Au sein du groupe traité, la pression artérielle moyenne au début de l’expérimentation était d’environ 16,6/10,2. àla fin de l’étude celle-ci avait chuté à 15,3/9. Au contraire, aucune réduction significative n’a été observée dans le groupe placebo. Liu et al. (2003) ont rapporté dans une étude chez le chien (200 mg/kg pc), que le mécanisme sous-jacent de l’effet hypotenseur de l’administration de stevioside était du à l’inhibition du flux de Ca2+ depuis le fluide extracellulaire.

7) Est-il vrai que la Stevia ou le stevioside influence la reproduction?

Pas du tout ! Les résultats d’une diminution du taux de naissances vivantes chez le rat (Planas and Kuc, 1968) après absorption de décoctions de Stevia ont été réfuté par Shiotsu (1996) qui a réalisé des expériences plus fiables avec un plus grand nombre d’animaux en utilisant des méthodes aussi identiques que possible à celles utilisées par Planas and Kuc. Aucun effet sur la condition générale, le poids corporel, la consommation d’eau, le taux de survie à la naissance, ou la taille des portées n’a été trouvé. Aucun effet du stevioside n’a été montré sur la fertilité ou la reproduction chez les souris, les rats ou les hamsters (réf.: voir les études toxicologiques).
Bien que Melis (1999) ait suggéré une possible diminution de la fertilité chez des rats mâles après absorption d’une très forte dose d’extrait de Stevia, Oliveira-Filho et al. (1989) qui ont administré des extraits avec un contenu similaire en stevioside, concluent qu’il n’a ya certainement aucun effet sur la fertilité male. Il n’est pas certains que les effets observés étaient dus au stevioside présent dans cet extrait.  Il doit également être mentionné que les concentrations d’extrait utilisées étaient extrêmement élevées, au départ de l’expérimentation, 5.34 % du poids corporel (ou environ 5.3 g stevioside/kg pc). Pour une personne adulte de 65 kg cela représenterait  3.47 kg de feuilles de Stevia séchées ou environ 34.7 kg de feuilles fraîches par jour, i.e. soit plus de 50% du poids corporel! La validité de telles expérience ou seule une très forte concentration est testée doit être mise en question. Les résultats de Melis sont également en contradiction avec ceux d’un grand nombre d’autres chercheurs qui n’ont jamais pu mettre en évidence un effet sur la fertilité d’animaux mâles ou femelles.

8) Combien de Stevia ou de stevioside peuvent être consommés par jour ?

Une Dose Journalière Admissible (DJA) de  7.9 mg stevioside/kg pc a été calculée (Xili et al., 1992). Néanmoins cette DJA doit être considéré comme une valeur minimum puisque les auteurs n’ont pas testé des concentrations de stevioside supérieures à  793 mg/kg pc. A partir de diverses études de toxicité chronique une DJA de 20 mg/kg pc peut être déterminée (facteur de sécurité de 100). De même, une DJA de 7.9 mg/kg pc  signifie qu’une personne de  65 kg peut consommer 513 mg de stevioside pur par jour. Pour substituer tout le sucre ajouté dans l’alimentation (environ 131 g/jour), e qui est quasiment impossible, moins de  436 mg de stevioside sont nécessaires. Ces quantités sont équivalentes à environ 4.36 g de feuilles de  Stevia séchées (contenu en stevioside de10%).

9) Quelle quantité de feuilles de Stevia  séchées ou quelle quantité de stevioside doivent être utilisées pour une utilisation en tant qu’édulcorant ?

Tout dépend de la teneur en stevioside des feuilles de  Stevia séchées qui peut varier entre 6 et 15% de la matière sèche. Ainsi, les feuilles séchées sont entre  18 et 45 fois plus sucrées que le sucre. Ceci signifie que 100 g de feuilles séchées (6% stevioside) correspondent à 1800 g de sucre ou à 4500 g de sucre (15% de stevioside dans les feuilles).
Le stevioside pur est utilisé seulement dans l’industrie alimentaire et n’est pas en vente dans les boutiques. Il est toujours mélangé à d’autres composés afin de diluer son intense pouvoir sucrant et faciliter ainsi son dosage à la cuisine. En fonction de la quantité et du type d’agent de charge utilisé le pouvoir sucrant du mélange varie et son dosage doit être adapté par vos propres essais.
L’erreur la plus fréquente que font les utilisateurs avec la Stevia ou le stevioside est d’en mettre beaucoup trop, de très petites quantités de poudre peuvent sucrer de manière importante. Il est facile de mettre trop de Stevia, ce qui sature les papilles gustatives. C’est tout un exercice de trouver la bonne quantité de Stevia à utiliser to use à cause de cette si forte concentration.
Stevia se présente sous de nombreuses formes : (Le pouvoir sucrant est fonction de chaque présentation)
- concentré liquide, facile à doser en gouttes (léger goût de réglisse)
- Poudre blanche, sans goût de réglisse (la forme principale utilisée au Japon)
- elle est parfois mélangée avec un agent de charge non sucré comme la maltodextrine.
- feuilles de Stevia fraîches – goût très sucré avec une forte saveur réglisse
- feuilles séchées, poudre fine de feuilles (goût réglisse)

10) Combien de calories dans un extrait de Stevia ?

Virtuellement aucune. Les extraits de Stevia sont considérés comme ayant  zéro calories, zéro carbohydrates, zéro sucre, zéro graisses et zéro cholestérol.

11) Est-ce que l’extrait de Stevia peut remplacer e sucre dans l’alimentation ?

En premier lieu il doit être signalé que l’industrie alimentaire ajoute de trop grandes quantités de sucre dans notre alimentation. Ce sucre ajouté est virtuellement dépourvu de bénéfices nutritionnels et, au mieux, représente des calories inutiles de l’alimentation. Nous n’avons réellement pas besoin de ce sucre ajouté dans la nourriture. Nous sommes supposés consommer quotidiennement des fruits et des légumes frais et ceux-ci contiennent suffisamment de sucre pour notre corps. La Stevia est plus sucrée que le sucre et n’a pas les inconvénients sur la santé du sucre. En cas d’hypoglycémie, la Stevia ou le stevioside sont bien entendus incapables de se substituer au sucre. Consultez votre médecin.

12) Qu’en est il de la Stevia ou du stevioside et la santé bucco-dentaire ?

A partir d’expériences avec des rats albinos Sprague-Dawley,  Das et al. (1992) concluent que ni le stevioside ni le rebaudioside A ne sont cariogènes (causant des caries).
Bien que de fortes concentrations de stevioside et d’extrait de Stevia soient capable de réduire la croissance des bactéries, les concentrations utilisées en tant qu’édulcorant sont plutôt basses ; en conséquence, l’effet bénéfique de l’utilisation de stevioside est plutôt du à la substitution du sucre dans la nourriture par une substance non cariogène. De plus, le stevioside est à la fois compatible avec le fluor et inhibe de manière significative le développement de la plaque dentaire, ainsi la Stevia peut aider à la prévention des caries.

13) La Stevia ou le stevioside peuvent ils être utilisés en cuisine ou en pâtisserie ?

Absolument ! Le point de fusion du stevioside est de 198 °C sans décomposition ou brunissement, il est extrêmement stable dans toute une variété de situation quotidiennes en cuisine ou en pâtisserie, compatible avec les produits laitiers et les fruits acides tels que les fraises, les oranges, les citrons et les ananas. Il est stable au pH, non fermentescible et ne noirci pas à la cuisson, il a donc de nombreuses applications dans les produits alimentaires.

14) Quelle est la composition d’un extrait de Stevia ?

Les quatre steviol glycosides majeurs sont : le stevioside, le rebaudioside A, le rebaudioside C et le dulcoside A. Il est connu depuis longtemps que le rebaudioside A est celui des quatre steviol glycosides majeurs qui possède les meilleures caractéristiques organoleptiques (plus sucré, moins amer). Dans la plante entière, les steviol glycosides s’accumulent dans les tissus avec la croissance, ainsi les feuilles les plus anciennes sont plus sucrées que les feuilles plus jeunes du haut de la plante. Puisque les chloroplastes sont importants dans la synthèse des précurseurs, les tissus non chlorophylliens comme les racines et les tiges basses ne contiennent pas ou seulement des traces de steviol glycosides. Lorsque la floraison débute, la concentration en steviol glycosides dans les feuilles commence à baisser.

15) Comment préparer un extrait de Stevia ?

Un extrait liquide peut être préparé à partir de feuilles de Stevia fraîches ou séchées, broyées ou non. Il suffit simplement de mélanger une quantité définie de feuilles de Stevia ou de poudre avec de l’alcool pur et de laisser le mélange infuser pendant 24 heures. Filtrer ensuite le liquide pour éliminer les feuilles ou les résidus de poudre, avec un filtre à café par exemple, puis diluer et ajuster le goût avec de l’eau pure. Noter que le contenu en alcool peut être réduit en chauffant doucement l’extrait et en laissant l’alcool s’évaporer. Un extrait avec de l’eau pure peut être préparé de la même manière, mais dans ce cas les steviol glycosides seront extraits moins efficacement qu’avec l’alcool. Ces extraits peuvent être cuits et concentrés jusqu’à des sirops.

16) Quel est le statu légal de la Stevia et du stevioside ?

Que ce soit la plante Stevia, ses extraits et le stevioside ils ont été utilisés depuis de nombreuses années comme agent sucrant en Amérique du Sud, Asie, Japon, Chine et dans différents pays de l’UE. Au Brésil, en Corée et au Japon, les feuilles de Stevia, le stevioside et des extraits hautement raffinés sont officiellement utilisés comme édulcorant basse calories. Aux Etats-Unis, des feuilles de Stevia en poudre et des extraits raffinés sont utilisés comme compléments diététiques depuis 1995. En 2000, la Commission Européenne a refusé d’accepter la Stevia ou le stevioside comme nouvel aliment (Novel Food) à cause d’un manque de données scientifiques critiques sur la  Stevia et à cause de divergences entre des résultats publiés concernant de possibles effets toxiques du stevioside et plus particulièrement son radical aglycone : le steviol (Kinghorn, 2002; Geuns, non publié). Les avantages du stevioside comme complément diététique pour les sujets humains sont nombreux : il est stable, non calorique, il aide à maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire eu réduisant l’ingestion de sucre et peut être utilisé par les personnes diabétiques, obèses et les patients souffrant de phénylcétonurie.

Depuis  2005, la Stevia et ses extraits sont autorisés comme additifs dans l’alimentation animale en Europe.